header banner
Default

Pourquoi les dirigeants français ont une préférence pour le rugby plutôt que pour le foot


Grands patrons, cadres dirigeants, entrepreneurs… Le rugby suscite auprès de l'élite économique française un engouement bien plus important que le football. Les patrons interrogés réfutent pourtant l'idée d'opposer le peuple et les élites.

Claude Bébéar (Axa), Jean-René Fourtou et Simon Gillham (Vivendi), Max Guazzini (NRJ), Mohed Altrad (Groupe Altrad), Isabelle Patrier (TotalEnergies), Jean-Laurent Granier (Generali), Jacky Lorenzetti (Foncia)… La liste est loin d'être exhaustive des grands patrons, cadres dirigeants ou entrepreneurs qui se passionnent pour le ballon ovale. Les tribunes du Stade de France ce dimanche pour France-Afrique du Sud auront des airs de salon des entrepreneurs. Car le business et le rugby, c'est une longue histoire d'amour en France.

Des clubs de patrons très selects

VIDEO: Top 10 des raisons de préférer le Rugby au Foot
Topito

Le Rugby Club, fondé en 2007 par Claude Bébéar d'Axa, lui-même ancien capitaine de l'équipe du XV de l'École Polytechnique, est d'ailleurs un des social clubs les plus selects de Paris. Actuellement présidé par Jean-Laurent Granier, PDG de Generali France, il compte 350 membres parmi le gratin du business français. On y entre sur parrainage moyennant 1.200 euros de droit d’entrée et une cotisation de 550 euros par an.

Au menu des rencontres de ce club CSP++ situé près des Champs-Élysées: bons vins, bons plats (le chef étoilé Guy Savoy fait partie des fondateurs) et matchs de rugby. Le tutoiement est de rigueur, le networking de bas étage et la distribution de cartes de visite très mal vue. Et il ne suffit pas d'être un dirigeant bien en vue de la place parisienne pour en faire partie. Ceux qui n'ont pas les codes ne sont pas acceptés. Il faut vraiment connaître le rugby et pas seulement la star française Antoine Dupont.

Idem à Sport&Rugby, l'autre club très influent qui réunit 500 grands patrons. Près de 3.000 euros de cotisation annuelle, des repas du chef Éric Frechon chaque mois au Bristol mais là encore le parrainage est obligatoire et les "codes rugby" de rigueur.

Une vision idyllique du monde de l'entreprise

VIDEO: Pourquoi la Bretagne préfère le foot au rugby : Retour sur un siècle d'histoire des sports en France
Le Télégramme

Et quand les dirigeants ne se pressent pas au stade, c'est le rugby qui arrivent dans l'entreprise. En juin dernier, TotalEnergies a organisé pour ses cadres une journée "Valeurs d'entreprise, valeurs du rugby", rappelle Challenges, co-organisateur de l'événement.

"Je reprends souvent des citations de Fabien Galthié (le sélectionneur de l'équipe de France, NDLR) dans mes discours aux collaborateurs, confie Fabrice Jover, le directeur général du groupe pharmaceutique IBSA Pharma. C'est un sport où l'individu s'efface au profit du collectif et où on progresse en passant la balle en arrière. Ce sont ceux qui sont devant qui doivent rendre les choses belles pour ceux qui sont derrière."

Le rugby constitue une sorte de vision idéale voire idyllique du monde de l'entreprise. À la différence du football qui en serait le revers négatif. C'est ce que ressentent les patrons interrogés par BFM Business.

"Le football s’inscrit dans un système complètement différent", estime Jean-Laurent Granier, le patron de Generali France qui dirige le Rugby Club. Je reconnais les capacités de ce sport à fédérer les Français, mais je déplore certaines pratiques délirantes du football professionnel: un mercantilisme extrême, de la violence dans les stades, des arbitres contestés par les joueurs…"

Chic contre "fric"?

VIDEO: Le Rugby c'est du foot et pourquoi le Foot US s'appelle Foot ? 🏉⚽️🏈
Le Point Genius

Sport chic contre sport "fric" ? L'opposition entre les deux disciplines déchaine les passions dans le monde des affaires (comme dans le débat politique). Si le ballon rond compte évidemment de nombreux amateurs dans le business et génère beaucoup plus de recettes que l'ovale en France (2,5 milliards d'euros pour le premier contre 547 millions pour le second), les grandes entreprises françaises préfèrent pourtant pour la plupart s'en tenir loin. Et les exemples sont nombreux.

Un temps pressentie pour reprendre l'Olympique de Marseille, la très riche famille Saadé propriétaire de l'armateur CMA-CGM a immédiatement coupé court aux rumeurs dans La Provence l'été dernier. Et de manière non équivoque par la voix de Tanya Saadé Zeenny, la directrice générale déléguée du groupe.

"Je vais vous répondre avec trois lettres : N-O-N. Notre soutien s’arrêtera au sponsoring."

Le géant français du transport maritime fait même figure d'exception en acceptant de faire apparaître son nom sur le maillot de l'OM. Les grands noms du capitalisme français rechignent pour la plupart de mettre ne serait-ce qu'un orteil dans le foot. Pas de LVMH, de TotalEnergies, de L'Oréal ou d'Airbus dans le capital ou sur les maillots des clubs de Ligue 1.

"Rares sont les entreprises du CAC 40 à avoir sponsorisé un maillot de club de Ligue 1. Il y a un désintérêt de la part des grandes entreprises françaises vis-à-vis du football", expliquait en août Pierre Rondeau, économiste du sport, à BFM Business.

Si on dénombre 93 entreprises françaises parmi les 116 logos affichés sur les maillots des clubs de foot français, il s'agit de sociétés locales ou de groupes moins exposés médiatiquement que les géants du CAC 40.

Les partenariats représentent ainsi un quart environ des recettes du football professionnel contre 45% en ce qui concerne les clubs du Top 14 de rugby. D'ailleurs le championnat de France de rugby est considéré comme le plus puissant du monde; les vitrines des clubs tricolores sont garnies de coupes d'Europe alors que la Ligue 1 n'est que la cinquième puissance économique continentale (et sixième en ce qui concerne les résultats).

La désaffection du monde des affaires n'explique pas à elle seule ce déficit du football sur le rugby mais elle contribue à sa fragilité relative. À l'image du club de Sochaux-Montbéliard, fief historique de la famille Peugeot, et dont le groupe automobile ne veut plus entendre parler. Cédé en 2014 au groupe chinois Ledus, le club n'entrait plus dans la stratégie du groupe automobile désireux alors de se développer dans le luxe avec sa marque DS. Pas vraiment l'image des petits jaunes et bleus de Sochaux.

Faire sortir le rugby de sa chapelle

VIDEO: LES DIFFÉRENCES ENTRE LE RUGBY ET FOOTBALL AMÉRICAIN
ChocoLeBear

Cette opposition foot/rugby finalement très française serait-elle la transposition dans le stade de la cassure entre le peuple et les élites? Car le football est de loin le sport le plus populaire dans l'Hexagone. Le nombre de licenciés dépasse les 2,1 millions quand le rugby n'est que le 10ème sport le plus pratiqué (300.000 licenciés). La Ligue 1 a attiré plus 9 millions de personnes dans les stades la saison dernière contre 2,7 millions pour le Top 14.

Les amateurs de rugby dans le monde des affaires refusent d'opposer "monde blanc et aisé du rugby" et diversité populaire du football.

"Nous essayons de faire sortir le rugby de la chapelle des amateurs éclairés et nous soutenons de nombreuses initiatives d'insertion par la pratique du rugby, insiste Jean-Laurent Granier du Rugby Club. Nous voulons amener le rugby dans les quartiers parce qu'il véhicule des valeurs d'inclusion qui peuvent permettre de mieux s'insérer."

Pour aller chercher ce public, les marques commencent d'ailleurs à utiliser les codes du football comme cette publicité d'Adidas baptisé "This is new rugby" filmée dans des fiefs du ballond rond comme Bobigny, Saint-Denis ou dans des quartiers de Toulouse, Rueil ou encore Sète. Des lieux loin des centres de décision du CAC 40.

Frédéric Bianchi

Sources


Article information

Author: Lawrence Smith

Last Updated: 1702981922

Views: 1237

Rating: 4.8 / 5 (118 voted)

Reviews: 93% of readers found this page helpful

Author information

Name: Lawrence Smith

Birthday: 1946-08-29

Address: 8919 Sloan Points Suite 161, Kyleland, CT 35042

Phone: +4666768513169281

Job: Civil Engineer

Hobby: Camping, Surfing, Tea Brewing, Ice Skating, Embroidery, Whiskey Distilling, Beer Brewing

Introduction: My name is Lawrence Smith, I am a spirited, honest, unreserved, welcoming, Colorful, important, ingenious person who loves writing and wants to share my knowledge and understanding with you.